Une équipe soudée et dévouée

Le Centre Ozanam est un centre de consultations pour femmes en détresse, situé à Luxembourg, avec une annexe : le Centre Ozanam Nord à Wiltz. Ces deux lieux constituent des points d’accueil importants, où toute femme victime de violence domestique pourra obtenir une assistance, des informations ou, si besoin, une orientation vers d’autres services.

Le Centre Ozanam s’adresse également aux femmes qui se trouvent dans toute autre situation de détresse.

Faisant partie de la Fondation Maison de la Porte Ouverte, le Centre Ozanam travaille en étroite collaboration avec d’autres structures de la FMPO, parmi lesquelles figurent différents centres d’accueil pour femmes en détresse ainsi que des centres d’accueil pour jeunes mamans.

Vous pouvez les découvrir sur ce site en un seul clic, ou en vous rendant directement sur la page Internet de la Fondation Maison de la Porte Ouverte.

Par ailleurs, le Centre Ozanam anime un groupe de parole pour femmes victimes de violence. En mai 2012 est venu s’ajouter le projet COplus, un service de consultation pour familles monoparentales qui ont des problèmes d’éducation avec leurs enfants.

L’équipe du Centre Ozanam est composée d’assistantes sociales, d’éducatrices graduées et d’une psychologue entièrement dévouées à leur tâche. Sur violence.lu elles parlent de leur quotidien et de ce que leur apporte leur travail au Centre.

Marie-Christine RODESCH-DUJARDIN , 55 ans

Assistante sociale à mi-temps. Engagée depuis 1981 à la fondation “Maison de la Porte Ouverte” au service social du Foyer Paula Bové. Coordinatrice du Centre Ozanam, depuis sa création en 1997.

Quel rôle jouez-vous au Centre Ozanam ?

Marie-Christine RODESCH-DUJARDIN : « En tant que coordinatrice, je suis responsable de la gestion financière. Mon travail quotidien est la prise en charge des femmes en détresse et des jeunes mamans, en collaboration avec mes collègues. Je suis également membre de l’équipe médico-pédagogique et sociale du Foyer Sichem, membre de la plateforme de concertation avec le MEGA et membre de la réunion des responsables organisée par la direction de notre fondation. »

Quelle satisfaction vous apporte votre travail ?

Marie-Christine RODESCH-DUJARDIN : « Le travail sur le terrain avec les femmes qui viennent en consultation au centre, tant avec les femmes en détresse qu’avec les jeunes mamans, m’apporte toujours beaucoup de satisfaction. »

A partir de quand estimez-vous que vous avez réussi votre mission?

Marie-Christine RODESCH-DUJARDIN : « J’ai pour devise personnelle de comprendre une femme, la conseiller et surtout de respecter son rythme. Afin de l’appliquer, j’ai recours aux formations que j’ai obtenues sur la violence conjugale, ou celle de dé-victimisation ainsi qu’à l’intervention féministe de Madame Claudette Robillard, psychothérapeute au Canada. Ce sont pour moi des outils de travail très précieux qui guident ma pratique professionnelle au jour le jour. Cette approche me procure mille et une petites réussites. “CHAQUE FEMME A LA CAPACITE DE PRENDRE SON AVENIR EN MAIN” est le leitmotif de notre Centre Ozanam. C’est ce que j’essaie de concrétiser à travers mon travail. »

Sandra WIES, 39 ans

Assistante sociale depuis 2004 au Centre Ozanam.

Quel rôle jouez-vous au Centre Ozanam ?

Sandra WIES : « J’accueille les femmes pour un premier entretien afin de les écouter et d’analyser avec elles leur demande. En fonction de leur situation je les informe de leurs droits, des aides possibles ou je les oriente dans un des foyers pour femmes.

J’organise, ensemble avec le foyer en question, l’entrée de la femme en détresse.

Après un séjour au foyer, certaines femmes restent en contact avec moi pour être épaulées occasionnellement.

Toute femme qui a besoin d’être soutenue dans des situations difficiles de sa vie peut s’adresser à moi. J’offre un suivi social aussi longtemps que nécessaire. En plus, je collabore avec d’autres services sociaux. Ensemble avec ma collègue Nathalie, j’organise et je participe à un groupe de parole pour des femmes victimes de violence conjugale et/ou familiale. »

Quand est-ce que votre mission est réussie ?

Sandra WIES : « Ma mission est réussie si la femme que je soutenais n’a plus besoin de moi. Un tout simple « merci » me fait toujours plaisir et me donne l’envie et l’énergie de continuer à m’engager. Un souvenir très émotionnel a été quand une femme que je suivais m’a dit qu’elle trouvait que j’exerçais mon métier avec mon coeur. »

Barbara DE TOFFOL, 32 ans

Psychologue-diplômée, au Centre Ozanam depuis 2010.

Quel rôle jouez-vous au Centre Ozanam ?

Barbara DE TOFFOL : « Je m’occupe du suivi psychologique des femmes qui fréquentent le Centre Ozanam. Parmi elles, il y a des victimes de violence conjugale et familiale, des femmes qui vivent une situation de détresse et des jeunes mamans accueillies au Foyer Maternel de la Fondation Maison de la Porte Ouverte.

En effet, toute femme se trouvant dans une situation difficile peut avoir une aide psychologique dans notre service. »

Quelle satisfaction vous apporte votre travail ?

Barbara DE TOFFOL : « Ce qui me fait le plus plaisir dans mon travail quotidien est de voir comment ces femmes apprécient le soutien qu’on leur offre. »

Carol WARKEN, 24 ans

Educatrice graduée, au Centre Ozanam depuis 2012.

Quel rôle jouez-vous au Centre Ozanam ?

Carol WARKEN : « Je suis engagée comme éducatrice graduée en formation. Ma tâche au Centre Ozanam est de faire le suivi des femmes logées ou non, dans les appartements et chambres mises à disposition à la FMPO ou les logements de la WH. C’est moi qui tiens les femmes au courant s’il y a un appartement de libre. Je fixe les rendez-vous pour la visite et la signature du contrat. »

Quel aspect de votre travail vous fournit le plus de satisfaction ?

Carol WARKEN : « Cette question est relativement compliquée à répondre puisque je viens de commencer mon travail au centre Ozanam. Pour l’instant tout mon travail me donne de satisfaction, et je suis contente de collaborer avec une super équipe, qui est toujours à ma disposition en cas de question.»

Nathalie GREISCHER, 38 ans

Éducatrice graduée, sous contrat avec la FMPO depuis 1998, au Centre Ozanam depuis 2001.

Quel rôle jouez-vous au Centre Ozanam ?

Nathalie GREISCHER : « Je m’occupe du suivi social et de la gestion budgétaire des femmes suivies. En parallèle j’anime un groupe de parole pour femmes victimes de violence. Je suis également responsable du nouveau projet COplus, un service de consultation pour familles monoparentales qui ont des problèmes d’éducation de leurs enfants. Enfin, je fais partie de la délégation du personnel. »

Quels sont vos meilleurs moments au Centre Ozanam ?

Nathalie GREISCHER : « De voir pendant le groupe de parole, qu’après une certaine période, les femmes n’ont plus trop besoin de nous et qu’elles s’entraident mutuellement, me procure satisfaction.

Actuellement, il y a aussi un projet qui me tient à cœur : celui de l’élaboration et de la mise en place du nouveau projet COplus, qui est né du constat que les mères célibataires rencontrent des difficultés spécifiques lors de l’éducation de leurs enfants, surtout lorsqu’elles ont été victimes de violence conjugale.

Désormais, nous sommes en mesure de présenter aide et conseil dans ces situations. »

Tanja WACHT, 35 Jahre

Diplompädagogin im Centre Ozanam seit 2012

Welche Rolle spielen Sie im Centre Ozanam?

Tanja WACHT : « Als Diplompädagogin unterstütze ich 20 Stunden die Woche meine Kolleginnen und helfe das Erziehungsberatungsbüro COplus aufzubauen.

Wir möchten alleinerziehenden Eltern, schwerpunktmäßig Opfern von häuslicher Gewalt, Unterstützung bei der Erziehung ihrer Kinder anbieten. Um Fremdunterbringung der Kinder zu verhindern, soll durch Präventionsarbeit, Stärkung des Selbstwertgefühls, Beratung rund um alltägliche Erziehungsfragen, Hilfe angeboten werden. Wir begleiten sie von der Strukturierung des Alltags bis hin zur Rollenfindung in der Familie. »

Welcher Aspekt Ihrer Arbeit bringt Ihnen die meiste Zufriedenheit ?

Tanja WACHT : “Die meiste Zufriedenheit ziehe ich aus meiner Arbeit, wenn es gelingt die Familie zu festigen, ihre Ressourcen zu entdecken und zu aktivieren, damit ein friedliches Zusammenleben gewährleistet werden kann.”

Julie CABRILLON, 23 ans

Stagiaire assistante sociale au Centre Ozanam, en 2012

Quel rôle jouez-vous au Centre Ozanam ?

Julie CABRILLON : « En tant que stagiaire, j’ai la possibilité de travailler avec tous les membres d’une équipe pluridisciplinaire, qui propose plusieurs types d’aide (écoute, soutien, information, orientation, suivi, consultation psychologique, etc). »

Quels sont vos meilleurs moments au Centre Ozanam ?

Julie CABRILLON : « J’apprécie beaucoup la diversité des services du Centre Ozanam et l’occasion qui m’est donnée, d’accompagner les différents membres de l’équipe dans leurs démarches au quotidien. Cela constitue pour moi une expérience enrichissante. »

  • Mis à jour le 25-02-2016